Le métier de blogueuse beauté vegan – Interview de Corinne De Leenheer.

Suite à de nombreuses questions sur les métiers de blogueur professionnel, une niche est en constante évolution, la blogueuse beauté. Aujourd’hui, j’ai décidé de réaliser une Interview d’une blogueuse beauté pas comme les autres.

 

Elle n’est pas comme les autres car elle est sur la Beauté Vegan, un sujet qui lui tient à cœur !

 

Vous pourrez trouver des milliers de blogueuse beauté qui vous parleront des plus grosses marques du moment, vous parler de ce produit magique qui efface les rides, mais Corinne ne ressemble pas à ces blogueuses là grâce à ses principes moraux.

 

J’ai donc réalisé une interview de Corinne De Leenheer, une blogueuse beauté vegan aux potentiels multiples, du blog Miss Petits Produits sur la toile depuis plus de 10 ans.

 

10 ans de passion exercée !

Elle a donc acquis un bon nombre de conseils qu’elle vous délivre aujourd’hui !

 

miss petits produits, blog blogueuse beauté vegan corinne de leenheer

Mais qui est Corinne De Leenheer ?

Je m’appelle Corinne, 38 ans, hypersensible et tournée vers le monde. Je suis blogueuse, auteur et créatrice de marque. Je suis également une maman et passionnée par la beauté slow, la slow life, le développement personnel. J’évolue dans le domaine du digital en tant que chef de projet depuis 2002. Un domaine complexe et en évolution permanente. Je vous invite à découvrir mon parcours et mes conseils pour les personnes débutantes dans le domaine du blogging!

 

Pourquoi avez-vous choisi le métier de blogueuse ? Cela représente quoi à vos yeux ?

« J’ai choisi d’ouvrir mon premier blog en 2002 dans le but de communiquer. Nous étions au tout début de la bulle internet.

Étant une personne hypersensible et introvertie, j’ai vu dans le blogging la possibilité de communiquer avec le monde tout en gardant une marge de sécurité. Un espace personnel et confortable dans lequel j’ai appris à évoluer. A prendre confiance. Cela représentait une opportunité d’ouverture.

Ensuite, étant donné que je suis multi-potentielle et, mon hypersensibilité me permettant de percevoir toute une série de choses que les non-hypersensibles ne perçoivent pas, j’y ai vu également une possibilité d’avenir professionnel. Dans le blogging mais pas uniquement.

Aujourd’hui la sphère me qualifie de « bloggeuse professionnelle » mais je n’aime pas vraiment ce mot. Je préfère me considérer comme un espace de découverte et mon but n’est pas d’en vivre totalement. Les gens pensent que je brasse des centaines d’euros par le blog tous les mois mais que neni ! »

 

 

Quel votre parcours ? Dans quelles conditions avez-vous commencé ? 

« Mes débuts se sont fait en 2002, lorsque les overblog publiaient des gifs noirs avec des roses, quand MIRC était encore plus important que Messenger et quand Altavista était encore la référence et pas Google. À l’époque je revenais juste d’un long séjour à l’étranger et j’étais maman depuis quelques mois. C’était ce séjour outre atlantique qui m’avait donné envie de me propulser sur le net.

J’ai commencé par un blog sur les troubles mentaux psychotiques, car une personne de ma famille en souffrait et je percevais le manque cruel d’information que ressentaient les familles, de vulgarisation, le jugement permanent des personnes ne connaissant pas ces maladies.  J’ai commencé avec connaissance 0 en web. Et avec un sujet assez lourd.

Par contre j’écrivais déjà sur papier depuis de nombreuses années. C’est mon compagnon qui possède l’annuaire Annubel qui m’a installé mon premier site et blog. Aujourd’hui l’élève a dépassé le maître mouhahaha. »

 

 

Avez-vous été aidé ? Quelles influenceuses avez-vous suivi ?

« Il n’y avait aucun autre blog dans ce domaine, pas d’influenceurs, pas de personnes référentes sur lesquelles me poser et prendre exemple. Je ne suivais également aucune personne, imaginez-vous-en 2002, le mot « influenceur » n’était pas à la mode 😉

Ensuite, j’ai commencé à bloguer dans le domaine de la beauté en 2011, plutôt dans le domaine de la beauté au naturel. Je désirais proposer des alternatives plus saines que le cancer en boite vendu un peu partout.

C’était l’époque où il n’y avait pas non plus de grandes influenceuses dans le domaine. Bien que certaines possédaient des blogs beauté au naturel, on restait toujours dans un système « toujours consommer plus ». Et je désirais aller plus loin, j’étais un peu le vilain petit canard râleur du tas je crois.  Le nom de ce blog est MissPetitsProduits.

Je vous ai dit que je suis multi-potentielle au début, ce qui veut dire que je refuse de me limiter ou entrer dans une case. De ce fait, étant hypersensible, disons que j’ai eu envie de faire mon coming-out il y a deux ans, en lançant le blog Sentio Mundi. Qui signifie ressentir le monde en latin. J’y parle de développement personnel pour personnes hypersensibles et/ou empathes.

Et de ce côté, je suis en train de mettre en place un e-book qui sera le teaser de mon livre. Un livre de type boîte à outils pour hypersensibles et empathes, pour leur donner les clés pour vivre au lieu de subir la vie sur Terre.

 

Chaîne youtube blogueuse beauté vegan corinne de leenheer

Et dans la foulée, soyons fous.

J’ai décidé de tout réunir sur une chaine YouTube qui se nomme Du cœur à L’univers. Car il me manquait un canal de communication visuel, plus humain que des mots jetés sur le net, bien que toujours bienveillants.

En cumulant le blogging dans divers domaines, de la vente de livre et d’ateliers, une boutique en ligne, on peut dire que je n’ai pas froid aux yeux, que je refuse d’être un numéro chez un patron qui n’aura aucune considération pour moi. Je fonce pour me construire la vie dont je rêve et ce n’est pas toujours facile, croyez-moi ! Et cerise sur le gâteau, ma marque cosmétique naturelle et sensorielle verra le jour en 2018, mes bébés sont en phase de recherche et développement.

 

Comment je fais ? Le secret ? Envie, Objectif, Motivation, Action, Organisation. »

 

 

Quel est votre état d’esprit lors de la rédaction de vos articles ? Plutôt au calme, ou plutôt à noter vos idées comme elles vous arrivent ?

En ce qui concerne l’état d’esprit, je dirais que je suis humaine et qu’il y a donc des moments de hauts et de bas, des moments de créativité avec un tas d’idées et des périodes de démotivation.

Je note systématiquement des idées d’articles lorsque je suis en phase de boum, dans lesquelles je pioche quand je manque d’inspiration. Ensuite, lorsque j’ai décidé du sujet, je le décortique en plusieurs axes et j’en choisi un ou deux à développer. Ensuite je me documente, je prends des notes et je construis le contenu autour de ce que je sais, de ce que j’ai lu et ce que j’ai vu en formation.

Car je suis de celles qui aiment proposer un contenu plus détaillé, qui ne se limite pas à taper : bonjour, regardes le joli produit bon pour la peau et tada tu peux l’acheter ici et ici. Je ne critique pas celles qui le font mais je pense que j’ai une responsabilité d’information. Et j’avoue que j’aime bien écrire de longs contenus J

Quelques fois j’écris sous le coup de la colère aussi, ça m’arrive et je m’attire la foudre de certaines marques mais je reste honnête envers moi et envers les autres.

 

 

Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées ? Au début ? Maintenant ? Sur votre vie personnelle ?

« Au début ce qui m’a fortement malmenée c’était la peur : la peur que l’on aime pas mes contenus, qu’on ne les trouve pas intéressants, qu’on ne m’aime pas moi. Que le blog ne fonctionne pas car je n’avais aucune expérience dans le web en 2002. De fil en aiguille je me suis forcée, j’ai profité d’écrire, d’avoir peu de trafic et d’aimer écrire, même si c’était au début un peu dans le vide.

Facebook a été l’outil qui m’a permis de percer. Ma visibilité a augmenté, j’ai rencontré d’autres blogueurs et des influenceurs, j’ai été mise en relation avec des marques. J’ai été plus lue, appréciée, suivie. On a commencé à me donner des conseils, m’envoyer des mots ultra sympas, on me demandait des articles.

Puis sont finalement arrivées les offres de formation, mais 10 ans après que je ne sois lancée quoi 😉 Merci les gars, c’était sympa.

Entre temps, je m’étais formée sur le tas comme beaucoup, j’ai ensuite suivi quelques formations pour terminer par un cursus de Chef de projet en stratégie digitale, car la stratégie, les détails, cela me passionnais. »

 

 

Vivez-vous de votre blog ? Si oui, comment ? 

« Je ne vis pas de mon blog.

Mon blog me permet de vivre ce que j’ai envie de vivre actuellement : écrire des articles, communiquer autour de sujets qui me font vibrer, avoir une communauté et au passage je suis rémunérée par les publicités Adsense qui sont disponibles sur chaque article en colonne de droite. Mais ce que je gagne : moins de 70 euros par mois est réinvesti dans le blog. L’achat d’un logo, l’achat d’un nouveau thème, l’achat de produits à présenter.

D’autre part, quelques marques me contactent pour des tests de produits mais cela n’est pas rémunéré. Je reçois pourtant des dizaines de demandes tous les mois mais mon but n’est pas de me transformer en une vitrine commerciale dont se servira une marque pour atteindre des clients.

Par contre il y a les produits dérivés du blog :

  • l’organisation d’ateliers DIY,
  • de décryptage de composition,
  • la beauté zéro déchet.

Ma consultance marketing pour certaines marques, qui par le biais de mon blog, ont vu en moi un partenaire fiable et compétent pour les aider dans le développement de leur image sur le web.

Aussi, j’ai créé il y a deux ans ma boutique en ligne de produits réellement sains, végétaliens et non testés sur les animaux. Elle s’appelle Madame Tignasse. Le but était de proposer des alternatives saines en tirant le bio de son carcan chiant et vieillot.
Mais je suis face à de gros portails qui brassent des millions, je n’en vis pas encore. C’est très dur, mais cela en vaut largement la peine !  Convertir des personnes au naturel et à une consommation saine est plus valorisante qu’un salaire reçu pif pouf paf. »

 

 

Boutique blogueuse beauté vegan corinne de leenheer

 

Quels sont les conseils que vous donneriez à une blogueuse beauté débutante ?

« Je dirais aux filles qui débutent et veulent en vivre qu’il faut avoir en tête que nous sommes des milliers sur le marché, qu’il faut travailler dur.

Passez au minimum 3 à 5 heures par jour sur le blog, voire plus, et assurer sa promotion sans tomber dans le monde du « je suis ici s’il te plait regardes moi« .

Il faut avoir des sujets qui sortent de l’ordinaire, une belle plume, et de bonnes connaissances en web et en SEO pour pouvoir en vivre totalement. Un esprit éclairé pour ne pas tomber dans le piège de manipulation des marques. Construire un bon réseau de partenaires dans sa niche : marques, blogueurs, auteurs, acteurs, formateurs, potes, prestataires dans le domaine.

Avoir de la patience et être bienveillante et prête à affronter le côté sombre. Parce que le monde du blog ce n’est pas un monde de gentilles nanas ou mecs qui s’entraident comme frères et sœurs. Il y a tout le côté sombre, la concurrence, la jalousie et les règlements de compte. La manipulation de la part des marques etc.

 

Si tu es prête je dirais vas-y fonce ! Le monde est là pour te découvrir et le message que tu veux lui faire passer ! Tu peux le faire ! Si moi j’y suis arrivée avec 0 connaissances et 0 réseau, toi en 2017, tout sera beaucoup plus évident, il existe un tas d’outils à ta portée.

 

Et pour terminer, spécialement pour les filles qui ouvrent un blog dans le seul but de gagner de l’argent sans penser au public et aux informations qui seraient utiles :  ça se sent, et les gens ne sont pas cons, ils désertent vite fait…. Je précise sans penser au public. Car c’est légitime de gagner sa vie pour la production de bon contenu ! Et c’est ce que je souhaite, que les blogueurs puissent valoriser leur travail, investissement, compétences, connaissances parce qu’actuellement ce n’est toujours pas le cas ! Nous sommes consommés comme la gazette du matin, dommage car l’humain derrière a des sentiments lui aussi. »

 

 

Laisser un commentaire